Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 juin 2016

Petite virée dans le métro parisien ligne 2

métro parisien photo par guillaume louyot © onickz artworks and getty imagesVincent conduit les rames de la ligne 2 du métro parisien entre Nation et Porte Dauphine. Il raconte son métier, son bonheur au travail et sa relation particulière avec les voyageurs pour casser la routine.

Lire la suite...

lundi 23 juillet 2012

VIDEO: Vues depuis l'International Space Station

Un récit de voyage autour de la terre en images : un travail de Knate Myers sur des images prises par l'équipe à bord. 4 minutes de space opera.


Merci à Gwénaëlle D. pour l'info

vendredi 23 mars 2012

USA: La Gare de Philadelphie

Dans la gare de Philadelphie, cet ange que je rêve de regarder depuis l'enfance, comme Samuel le petit Amish dans Witness. Je découvre alors que c'est, encore une fois, l'Archange Saint Michel. Un Archange auquel je reste attaché par éducation et que je croise plus que je ne l'espère lors de mes voyages tel mon prochain, en Ukraine. Je passerai en dessous de l'Arche de Saint-Michel avant d'aller visiter Pripyat, ville abandonnée à quelques kilomètres de Tchernobyl. Qu'il nous protège !

dimanche 25 septembre 2011

Le récit de Jo Prestia

Jo Prestia, ex-champion du monde de boxe thaïlandaise et acteur cinéma (Irréversible, Le Mac, Femme Fatale (...)) nous livre son parcours en noir et blanc, depuis son arrivée de Sicile en France pour échapper à son père, à ses voyages en tant que futur champion sportif, en mentionnant ses aventures cinématographiques et en bonus sa mésaventure de rue qui lui a valu une belle cicatrice, propre à son personnage. A voir d'urgence en vidéo à ce lien : http://www.onickz.com/photo/graphy/jo-prestia ou ci-dessous.


lundi 29 novembre 2010

Gros orage dans le Montana

Télécharger la photo en 1600x1200 ici

Lors de mon premier voyage aux USA, Je suis allé campé dans le Montana, j'y ai vu des coyotes dont un qui "hurlait" devant la lune en haut d'un mont, comme dans un film, j'y ai croisé de belles filles des campagnes sous des tipis en pleine prairie, mais je n'avais pas rencontré ce genre d'orage.

mardi 21 septembre 2010

Sécurité numérique à l'étranger

Le site superhero.fr propose un court article sur la sécurité des données à l'étranger (via téléphones mobiles, ordinateurs portables) et un lien vers un "passeport de conseil aux voyageurs". Intéressant à relire avant un voyage "business"...

http://blog.superhero.fr/post/Passeport-de-conseils-aux-voyageurs

lundi 20 septembre 2010

Photographies haute résolution

De nouvelles photographies d'Italie et particulièrement de Naples sont disponibles dans mes galeries à cette adresse : http://www.onickz.com/photo . Je vous invite à vous abonner aux flux RSS que vous trouverez pour chaque album car il me reste encore plus de 19000 photos à classer, dont un bon paquet à mettre en ligne, en rapport avec mes voyages, seul ou en compagnie de ma chère Vanessa. Le processus est un peu long à cause de la haute définition de ces photographies. Pour le moment vous pouvez télécharger chaque photographie qui vous plait, par exemple comme fond d'écran, pour votre seul plaisir. La distribution n'est pas acceptée. Pour les achats d'encadrés, de books ou pour toute demande de licence, veuillez utiliser le formulaire prévu à cet effet. Une fenêtre de commentaire pour chaque photographie est disponible, n'hésitez pas, nous sommes toujours content de vous lire, vous lecteurs de Recit de Voyage.fr .

mercredi 8 septembre 2010

Portugal dia um

Il a fallu 5 ans pour que G. mette un pied en terres portugaises. C'est donc avec une grande émotion que je lui ai montré le pays où pendant deux mois étant gamine, je passais mes vacances d'été.

Arrivés vendredi on a pu profité de toute l'après midi puisque l'on gagne une heure par rapport à la France.

Mes parents ont un appartement à Povoa de Varzim, station balnéaire qui est l'équivalent de Benidorm en Espagne. Mais c'est un point de chute idéal pour des vacances en famille et pour découvrir le nord du Portugal.

C'est vers les plages d'Ofir, Esposende et Apulia que nous nous sommes dirigés. En plein mois de juin la haute saison n'a pas encore commencé et ces petites villes de pêcheurs gardent un charme désuet.

Deux des piliers de la culture portugaise: Le foot (la maison est peinte aux couleurs du FC Porto) et la religion...

Apulia et ses moulins transformés en résidences secondaires avec une vue sur la mer. Et dire qu'ils ont dû être acheté pour une bouchée de pain!

Tout ceci a été rénové il y a quelques années, mais en général les choses ne se passent pas comme ça au Portugal.

A quelques pas de ces ravissants moulins vous trouverez une immense bâtisse... laissée complètement à l'abandon... Elle semble être habitée au rez-de-chaussée et les poules gambadent dans la cour.



A Esposende, face à la mer, une vieille demeure en pierre entourée d'herbes et de fleurs sauvages.

La maison du gardien du phare...

Ce n'est pas forcément joli et ça peut être même effrayant mais au fond, j'espère que ces maisons resteront "intactes".

Après cette belle promenade, retour à Povoa où G. poussé par la faim (le vent ça fatigue) a entamé son périple "gastronomie portugaise".

Un petit creux? Le Portugal n'a pas à rougir face aux tapas espagnols ici c'est "A terra do petisco", traduisez grignotage...

Pour commencer donc "uma francesinha" et "um fino" (un demi) le tout face à la mer où le sauveteur prend sa pause.

Le temps de se reposer, de prendre une douche, de papoter ... il était déjà l'heure de dîner.

Direction Matosinhos pour gouter aux poissons qui est grillés sur le trottoir pour le compte de petits restaurants. C'est une rue qui fait face au côté livraison du port (la vue n'est donc pas sensationnelle) mais ces petits restos ont acquis une belles notoriété en voir les files d'attente.

Au menu: Pimentos Padrao, Sardinhas asadas (sardines grillés) et batatas ao murro (la pomme de terre reçoit un coup de poing en fin de cuisson) et nous voilà heureux!!

 

samedi 4 septembre 2010

Cascade, Hamac, Plage et interdictions en photo

4 photographies de 4 moments de notre voyage en République Dominicaine:

Première photo : Cascade Del Limon que nous avons rejoint depuis Las Terrenas en motoconcho (cf vidéo) puis à dos de cheval et enfin à pied (pied nu pour ma part) pendant 15 minutes de marche dans la jungle. Un endroit magique. Notez la petite taille relative des personnes présentes en bas de la photographie, vous vous rendrez mieux compte de l'importante taille de cette cascade.

Deuxième photo : Vanessa dans un hamac, entre repos et réflexion, après que nous ayons donné une grande partie de nos repas et de quoi dessiner à 4 enfants trop maigres pour nous. En échange, ils nous l'ont rendu en sourires et en allant chercher des noix de coco directement dans les arbres pour nous les offrir.

Troisième photo : 3 transats appartenant à un hôtel sans client qui nous laissait les utiliser le matin, l'après-midi ou même après minuit pour digérer les mojitos, que se fut sous le soleil brulant ou la pluie tropicale. Un délice et une des plages les plus belles que j'ai pu voir là-bas. Cette photo a été prise depuis l'arrière d'un motoconcho à 50km/h.

Quatrième photo : Les diverses interdictions à l'entrée de l'aéroport de Saint Domingue. A ces traditionnelles interdictions s'ajoute le logo interdisant d'y faire rentrer des armes. Ce logo d'interdiction se retrouve fréquemment sur d'autres commerces dans les villages et villes. 95% de la population a un 9mm. Il suffit de regarder en bas de leur dos lorsque les locaux s'assoient ou se lèvent, on voit souvent la crosse dépasser.

dimanche 27 juin 2010

VATICANO


Il y a des incontournables à Rome. Il y a des choses que l'on ne peut pas rater. Il y a des lieux que l'on se doit de visiter.
C'est comme s'il existait un pacte tacite que le touriste se doit de signer avant d'entrer dans un lieu chargé d'histoire et où il est clairement stipulé qu'il visitera ABSOLUMENT tel ou tel monument, quartier ou église.
C'est comme ça que l'on s'est retrouvés parachutés au beau milieu de la Piazza San Pietro.

Guillaume : J'avoue m'être senti presque forcé de t'y emmener. Mais en même temps on m'a tant parlé de la Basilique, et surtout je DEVAIS voir la Chapelle Sixtine.



C'est un peu comme si un immense sentiment de culpabilité se serait abattu sur moi si je ne m'y étais pas rendue. Rajoutez à cela l'étonnement de mon entourage à notre retour: "Quuuuoia tu n'as pas été au Vatican?"... Oui j'ai été faible mais G. tenait vraiment à voir la Chapelle Sixtine et enfin de compte je suis contente d'y être allée rien que pour ça...

G. : Ha tu vois, malgré tout (oui lisez la suite, tout n'est pas aussi pur que les couleurs des plafonds de la Chapelle), tu sais qu'on a eu raison de se "forcer" à être patient.

Donc le Vatican : ses gardes...

G. : Quand je les ai vu je me suis rappelé les centaines de photos que j'ai pu voir à leur sujet sur le net entre autre, mais je n'ai pu m'empêcher de les shooter, juste pour les couleurs, et en guise de preuve aussi.



... ses touristes japonnais...







... une queue énorme alors on a laissé le dôme trôné sur la place et on est allés faire la queue un peu plus loin.

G. : Puis avec la faim, le stress du dilemne "on y va ? ca va pas nous plomber 2h au soleil ? ça te parle vraiment ? on s'en fout en fait non ? c'est la foi qui compte, pas l'acte devant les autres ? Finalement on mange une part de pizza sur un banc, que l'on a pu choisir après qu'un type devant la vitrine de pizzas au pepperoni ou au proscuitto demandait si c'était bien Halal. Pourquoi pas, mais en plus en français, ça la fout mal. Heureusement ce sentiment dure deux secondes,  à force de se déplacer, on oublie vite comme on sait qu'ailleurs on sera bien: on a cette capacité à trouver des bons plans je l'admets.






Le Musée de Vatican (qui abrite la Chapelle Sixtine) est terrifiant.

G. : J'ai pris la photo suivante à la sortie du musée. C'est la porte d'entrée, donc si elle est flippante, frappez pas, c'est fermé. Vous pourrez toujours regarder les photos dans votre guide au fast food touristique. Courage !




A l'intérieur c'est un peu Roissy: des escalators, un décoration aseptisée et des portiques de sécurité.
Une fois passés tous ces contrôles et vous être acquitté de 13 euros (L'Italie est l'un des rares pays où l"on paye pour les plages et les chapelles...) votre chemin est tout tracé: suivez les flèches pour la Chapelle.

G. : Je pense que tout le monde suit ces flêches. Surtout les groupes de 50 personnes, qui sont généralement en bande de 4 groupes. On marchait d'un pas rapide. Vanessa s'arrête sur un détail, je me retourne et là j'ai vraiment eu peur. Ces guides de troupes, armés de leur parapluie levé, qui arrivent vers vous dans leurs tenues de tshirt mouillé, la banane frontale bien remplie et les tongs, ça vaut bien les 300 spartiates. Au ralenti je me retourne vers Vanessa pour lui donner l'alerte. Pas de réponse, toujours au ralenti je regarde ces armées arriver: un groupe nous dépasse, Vanessa se retourne, mais c'est déjà trop tard. 3 groupes donc 150 personnes viennent de passer, et bouchent déjà les couloirs. On repart, et on fais la queue comme tout le monde.

Mais le Musée abrite de fabuleuses galeries, notamment une galerie de cartes impressionnante...



G. : Le positif dans le fait de stagner et de marcher finalement au ralenti, c'est de pouvoir prendre le temps de regarder partout, et c'est juste hallucinant, car chaque pièce sur les dizaines que l'on a traversé contient un plafond à 2,000,000,000 de Dollars. Et encore.










Mais il est IMPOSSIBLE de s'y arrêter car ces galeries sont de véritables autoroutes à touristes.Bien sûr vous pouvez tout de même faire une halte au corner shop (c'est dingue ce qu'ils sont modernes au Vatican) où le garde drague sans complexe la vendeuse. Scène de vie italienne.











Arrivés à la Chapelle vous avez envie de pleurer. Un monde fou et des gardes qui crient à tue-tête: "NO PHOTO, NO PHOTO"

Bref, on s'en va....

G. : Attends tout de même, c'était beau, de l'avoir au dessus de nous, les gens disparaissent presque, enfin quelques secondes. Bousculés sans arrêt, étouffés et énervés au fond, on s'en va.




- page 1 de 4