Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 20 septembre 2010

Photographies haute résolution

De nouvelles photographies d'Italie et particulièrement de Naples sont disponibles dans mes galeries à cette adresse : http://www.onickz.com/photo . Je vous invite à vous abonner aux flux RSS que vous trouverez pour chaque album car il me reste encore plus de 19000 photos à classer, dont un bon paquet à mettre en ligne, en rapport avec mes voyages, seul ou en compagnie de ma chère Vanessa. Le processus est un peu long à cause de la haute définition de ces photographies. Pour le moment vous pouvez télécharger chaque photographie qui vous plait, par exemple comme fond d'écran, pour votre seul plaisir. La distribution n'est pas acceptée. Pour les achats d'encadrés, de books ou pour toute demande de licence, veuillez utiliser le formulaire prévu à cet effet. Une fenêtre de commentaire pour chaque photographie est disponible, n'hésitez pas, nous sommes toujours content de vous lire, vous lecteurs de Recit de Voyage.fr .

mercredi 8 septembre 2010

Portugal dia um

Il a fallu 5 ans pour que G. mette un pied en terres portugaises. C'est donc avec une grande émotion que je lui ai montré le pays où pendant deux mois étant gamine, je passais mes vacances d'été.

Arrivés vendredi on a pu profité de toute l'après midi puisque l'on gagne une heure par rapport à la France.

Mes parents ont un appartement à Povoa de Varzim, station balnéaire qui est l'équivalent de Benidorm en Espagne. Mais c'est un point de chute idéal pour des vacances en famille et pour découvrir le nord du Portugal.

C'est vers les plages d'Ofir, Esposende et Apulia que nous nous sommes dirigés. En plein mois de juin la haute saison n'a pas encore commencé et ces petites villes de pêcheurs gardent un charme désuet.

Deux des piliers de la culture portugaise: Le foot (la maison est peinte aux couleurs du FC Porto) et la religion...

Apulia et ses moulins transformés en résidences secondaires avec une vue sur la mer. Et dire qu'ils ont dû être acheté pour une bouchée de pain!

Tout ceci a été rénové il y a quelques années, mais en général les choses ne se passent pas comme ça au Portugal.

A quelques pas de ces ravissants moulins vous trouverez une immense bâtisse... laissée complètement à l'abandon... Elle semble être habitée au rez-de-chaussée et les poules gambadent dans la cour.



A Esposende, face à la mer, une vieille demeure en pierre entourée d'herbes et de fleurs sauvages.

La maison du gardien du phare...

Ce n'est pas forcément joli et ça peut être même effrayant mais au fond, j'espère que ces maisons resteront "intactes".

Après cette belle promenade, retour à Povoa où G. poussé par la faim (le vent ça fatigue) a entamé son périple "gastronomie portugaise".

Un petit creux? Le Portugal n'a pas à rougir face aux tapas espagnols ici c'est "A terra do petisco", traduisez grignotage...

Pour commencer donc "uma francesinha" et "um fino" (un demi) le tout face à la mer où le sauveteur prend sa pause.

Le temps de se reposer, de prendre une douche, de papoter ... il était déjà l'heure de dîner.

Direction Matosinhos pour gouter aux poissons qui est grillés sur le trottoir pour le compte de petits restaurants. C'est une rue qui fait face au côté livraison du port (la vue n'est donc pas sensationnelle) mais ces petits restos ont acquis une belles notoriété en voir les files d'attente.

Au menu: Pimentos Padrao, Sardinhas asadas (sardines grillés) et batatas ao murro (la pomme de terre reçoit un coup de poing en fin de cuisson) et nous voilà heureux!!

 

samedi 4 septembre 2010

Cascade, Hamac, Plage et interdictions en photo

4 photographies de 4 moments de notre voyage en République Dominicaine:

Première photo : Cascade Del Limon que nous avons rejoint depuis Las Terrenas en motoconcho (cf vidéo) puis à dos de cheval et enfin à pied (pied nu pour ma part) pendant 15 minutes de marche dans la jungle. Un endroit magique. Notez la petite taille relative des personnes présentes en bas de la photographie, vous vous rendrez mieux compte de l'importante taille de cette cascade.

Deuxième photo : Vanessa dans un hamac, entre repos et réflexion, après que nous ayons donné une grande partie de nos repas et de quoi dessiner à 4 enfants trop maigres pour nous. En échange, ils nous l'ont rendu en sourires et en allant chercher des noix de coco directement dans les arbres pour nous les offrir.

Troisième photo : 3 transats appartenant à un hôtel sans client qui nous laissait les utiliser le matin, l'après-midi ou même après minuit pour digérer les mojitos, que se fut sous le soleil brulant ou la pluie tropicale. Un délice et une des plages les plus belles que j'ai pu voir là-bas. Cette photo a été prise depuis l'arrière d'un motoconcho à 50km/h.

Quatrième photo : Les diverses interdictions à l'entrée de l'aéroport de Saint Domingue. A ces traditionnelles interdictions s'ajoute le logo interdisant d'y faire rentrer des armes. Ce logo d'interdiction se retrouve fréquemment sur d'autres commerces dans les villages et villes. 95% de la population a un 9mm. Il suffit de regarder en bas de leur dos lorsque les locaux s'assoient ou se lèvent, on voit souvent la crosse dépasser.

lundi 16 août 2010

VIDEO : REPUBLIQUE DOMINICAINE EN 3 MINUTES


Même s'il manque quelques endroits (cascades, jungle...), cette vidéo représente bien une partie du bazar que nous y avons vécu fin juillet 2010 en République Dominicaine.

This messy video is about a messy trip in Dominican Republic (August 2010). It was difficult to shoot so a lot is missing like the cascade and part of jungle but they are available as photos at recitdevoyage.fr & onickz.com.

mardi 27 juillet 2010

REPUBLIQUE DOMINICAINE - PROLOGUE

4h du matin: les coups de soleil et les moustiques m'empêchent de fermer l'œil. Au bord de la piscine le vent chaud dans les palmiers fait un bruit de pluie mais la pleine lune éclaire et aucun nuage a l'horizon. Vanessa et moi soufflons un peu après quelques mésaventures que nous vous détaillerons une fois rentres début aout. Ici a notre point de chute temporaire, a Dominicus juste a coté de Bayahibe la cote est tenue par des Italiens mafieux et des locaux armes comme dans tout le pays. J'ai pu enfin manger une bonne viande rouge non reconstituée au très beau et chic restaurant Tracadero qui semble faire parti de ces établissements construits grâce a l'argent blanchi de divers trafics. Nous avons fait le tour des endroits incontournables du coin, tels Saona, Catalinita ou Boca de Yuma. Nous sommes passes par les rivières ayant servi de lieu de tournage a divers films comme Apocalypse Now, Rambo ou Pirates des Caraïbes et avons pu pêcher quelques étoiles de mer et d'autres lambis ( conques ) que Vanessa vous montrera. Une partie de séjour plus agréable que précédemment, on vous expliquera tout cela en textes et photos. En tout cas c'est sur, Saint-Domingue est parfois moche, pauvre et insecurisé. Après tout, nous sommes dans un pays du tiers monde ou tous les coups sont permis.

dimanche 27 juin 2010

VATICANO


Il y a des incontournables à Rome. Il y a des choses que l'on ne peut pas rater. Il y a des lieux que l'on se doit de visiter.
C'est comme s'il existait un pacte tacite que le touriste se doit de signer avant d'entrer dans un lieu chargé d'histoire et où il est clairement stipulé qu'il visitera ABSOLUMENT tel ou tel monument, quartier ou église.
C'est comme ça que l'on s'est retrouvés parachutés au beau milieu de la Piazza San Pietro.

Guillaume : J'avoue m'être senti presque forcé de t'y emmener. Mais en même temps on m'a tant parlé de la Basilique, et surtout je DEVAIS voir la Chapelle Sixtine.



C'est un peu comme si un immense sentiment de culpabilité se serait abattu sur moi si je ne m'y étais pas rendue. Rajoutez à cela l'étonnement de mon entourage à notre retour: "Quuuuoia tu n'as pas été au Vatican?"... Oui j'ai été faible mais G. tenait vraiment à voir la Chapelle Sixtine et enfin de compte je suis contente d'y être allée rien que pour ça...

G. : Ha tu vois, malgré tout (oui lisez la suite, tout n'est pas aussi pur que les couleurs des plafonds de la Chapelle), tu sais qu'on a eu raison de se "forcer" à être patient.

Donc le Vatican : ses gardes...

G. : Quand je les ai vu je me suis rappelé les centaines de photos que j'ai pu voir à leur sujet sur le net entre autre, mais je n'ai pu m'empêcher de les shooter, juste pour les couleurs, et en guise de preuve aussi.



... ses touristes japonnais...







... une queue énorme alors on a laissé le dôme trôné sur la place et on est allés faire la queue un peu plus loin.

G. : Puis avec la faim, le stress du dilemne "on y va ? ca va pas nous plomber 2h au soleil ? ça te parle vraiment ? on s'en fout en fait non ? c'est la foi qui compte, pas l'acte devant les autres ? Finalement on mange une part de pizza sur un banc, que l'on a pu choisir après qu'un type devant la vitrine de pizzas au pepperoni ou au proscuitto demandait si c'était bien Halal. Pourquoi pas, mais en plus en français, ça la fout mal. Heureusement ce sentiment dure deux secondes,  à force de se déplacer, on oublie vite comme on sait qu'ailleurs on sera bien: on a cette capacité à trouver des bons plans je l'admets.






Le Musée de Vatican (qui abrite la Chapelle Sixtine) est terrifiant.

G. : J'ai pris la photo suivante à la sortie du musée. C'est la porte d'entrée, donc si elle est flippante, frappez pas, c'est fermé. Vous pourrez toujours regarder les photos dans votre guide au fast food touristique. Courage !




A l'intérieur c'est un peu Roissy: des escalators, un décoration aseptisée et des portiques de sécurité.
Une fois passés tous ces contrôles et vous être acquitté de 13 euros (L'Italie est l'un des rares pays où l"on paye pour les plages et les chapelles...) votre chemin est tout tracé: suivez les flèches pour la Chapelle.

G. : Je pense que tout le monde suit ces flêches. Surtout les groupes de 50 personnes, qui sont généralement en bande de 4 groupes. On marchait d'un pas rapide. Vanessa s'arrête sur un détail, je me retourne et là j'ai vraiment eu peur. Ces guides de troupes, armés de leur parapluie levé, qui arrivent vers vous dans leurs tenues de tshirt mouillé, la banane frontale bien remplie et les tongs, ça vaut bien les 300 spartiates. Au ralenti je me retourne vers Vanessa pour lui donner l'alerte. Pas de réponse, toujours au ralenti je regarde ces armées arriver: un groupe nous dépasse, Vanessa se retourne, mais c'est déjà trop tard. 3 groupes donc 150 personnes viennent de passer, et bouchent déjà les couloirs. On repart, et on fais la queue comme tout le monde.

Mais le Musée abrite de fabuleuses galeries, notamment une galerie de cartes impressionnante...



G. : Le positif dans le fait de stagner et de marcher finalement au ralenti, c'est de pouvoir prendre le temps de regarder partout, et c'est juste hallucinant, car chaque pièce sur les dizaines que l'on a traversé contient un plafond à 2,000,000,000 de Dollars. Et encore.










Mais il est IMPOSSIBLE de s'y arrêter car ces galeries sont de véritables autoroutes à touristes.Bien sûr vous pouvez tout de même faire une halte au corner shop (c'est dingue ce qu'ils sont modernes au Vatican) où le garde drague sans complexe la vendeuse. Scène de vie italienne.











Arrivés à la Chapelle vous avez envie de pleurer. Un monde fou et des gardes qui crient à tue-tête: "NO PHOTO, NO PHOTO"

Bref, on s'en va....

G. : Attends tout de même, c'était beau, de l'avoir au dessus de nous, les gens disparaissent presque, enfin quelques secondes. Bousculés sans arrêt, étouffés et énervés au fond, on s'en va.




mercredi 23 septembre 2009

Yucatan Trailer disponible !!

Le trailer vidéo du documentaire Yucatan (Quintana Roo, Mexique) est disponible ici :

http://www.onickz.com/videos/yucatan-trailer.html


La vidéo est disponible sur une douzaine de sites listés sur onickz.com, vous y trouverez forcément votre bonheur que se soit en HD ou en moyenne qualité selon votre connection et processeur. Une vidéo de 2 minutes apaisante et presque mystique. On y aperçoit Vanessa de ce même site, en train de nager avec une tortue en apnée, et même en train de me faire des yeux doux avec son masque et ses bouteilles de plongée à 12 mètres de profondeur. On m'y aperçoit brièvement par deux fois, dont une scène montrant le phénomène d'hydrocline, qui survient lorsque l'eau claire des cenotes rencontre dans la mer l'eau salée. Un mélange de liquide très étrange et flou comme du gaz. Plus loin dans la vidéo, un iguane, Kukulkan et un requin baleine, qui vous donneront surement envie d'en voir plus et surtout d'aller là-bas au paradis mexicain.

Voici 4 captures d'écran de ce qui vous attend pendant ces trop courtes minutes !

vendredi 24 août 2007

Photo - En attendant la finalisation de l'écrit sur Catane et ses environs



Vanessa bronze sur la "plage" de l'hôtel Sheraton à Catane en Sicile, entre deux visites à Aci Castello & Aci Trezza. (Août 2007)

dimanche 2 juillet 2006

Première journée à Naples

Retranscrit des notes du carnet de bord de Vanessa:

Petit déjeuner à l'hôtel  sur les coups de 10h00.... Un café très espresso ou un café très "americano" et quelques parts de cakes, le tout sur fond de Rondo Venezziano...

 

Guillaume part en répérage dans les rues autour de la Piazza Garibaldi et revient avec la spécialité locale en matière de pâtisserie: une sfogliatelle au chocolat, s'il vous plaît. A deux on a réussi à finir mais on a failli se noyer dans l'huile. Le ventre bien rempli, on a déambulé dans les rues à la recherche du Castel Capuano. On a jamais trouvé. Via Duomo on a vu Saint Janvier alias C3PO ou Bender (pour les adeptes de Futurama). Autour de lui une crypte avec des ossements de Terminator (?!) et un sol en 3D. Via dei Tribunali : c'est le bordel mais .... "c'est ça que c'est bien". On continue notre ballade vers le port où on aperçoit le Castel. Un peu plus loin des hordes de touristes gravitent autour de la Piazza del Municipio.


A quelques pas la Galeria Umberto I, où peu de commerces sont ouverts mais les vendeurs de fausses Ray Ban et de sac Vuitton sont là, somnolant en attendant le client.

Un début de déprime Piazza del Plebiscito où rien ne se passe et où les touristes errent en se demandant pourquoi cette piazza est-elle si bien notée sur leur guide. On repasse devant le Castel de "l'œuf" et on décide de longer la cote avant d'aller manger.

On descend vers la Marina .... La passage devant les restaurants "chicos" de la Marina est plutôt risqué car le passage est à double sens sur un mètre de large. D'un côté les restaus et de l'autre ...bah....l'eau et les bateaux. On déjeune tranquillement une insalata et des cozze en admirant le paysage. On est dimanche, les restaurants sont bondés. Les familles napolitaines sont réunies et se sont pomponnées pour l'occasion. Ca parle fort, les gamins courent partout mais tout dans une atmosphère très chic. C'est un spectacle à ne pas rater. Quant à nous, bénis des Dieux on a même eu la chance d'assister à un anniversaire... Tout autour de la Marina, les napolitains profitent de leur dimanche. Les gens se baignent, font bronzette même s'il n'y a pas un gramme de sable. La plage n'existe pas à Naples, pour s'installer confortablement sur une plage ou sur un transat' il faut prendre le bataeu pour les îles.

Les Napolitains sans le sous n'ont que faire des ferrys.... la cote est inhospitalière et peu propice au farniente? Que nenni. Il fait beau, c'est dimanche ... C'est suffisant.

Après le déjeuner, on part en direction du quartier espagnol: des ruelles, un panier-ascenseur, beaucoup de marches et la pègre invisible mais bien présente. Arrivés PRESQUE sur les hauteurs, on a décidé...bah de redescendre et puis tout bien réfléchi... de remonter pour se retrouver là où on était 1/4 d'heure auparavant MAIS.... à 10 min d'une station de funiculaire qui nous avait échappé.

Visite du Castel Sant'Elmo. Magnifique vue sur Naples et la chartreuse San Martimo. Le lieu est désert, pas beaucoup de touristes excepté un japonais très étrange avec qui on a pris l'ascenseur et qui a disparu d'un coup...sûrement la pègre. De là, au diable les transports en commun: Vive la marche à pied!! Donc on zappe le funiculaire et nous avons descendu les marches à la manière Vanessienne (ref: video). Una halte pour un succulent granita au citron et direct hôtel. Quelque peu fatigués par cette petite journée, nous avons décidé de ne pas trop nous éloigner de l'hôtel pour dîner. Le guide mettait en garde sur l'insécurité du quartier mais y indiquait un bon resto. A 5 minutes de l'hôtel, de l'autre côté de la Piazza Garibaldi (que nous traversâmes à la Napolitaine: n'importe comment).

naples napoli traffic

Nous avons trouvé un très bon resto où Guillaume a enfin pu assouvir son envie de spaghetti alla vongole. Pour moi, spaghetti frutti di mare. Espresso et Limoncello pour finir. En bonus, une leçon de brushing par un petit français dont le père était très manuel.... Retour dodo!

Naples - Arrivée

Par Vanessa :

viaggi-napoli-hotel-vanessa-silva-by-guillaume-louyot.jpg

Promenade de découverte à la nuit tombée dans notre quartier autour de la Piazza Garibaldi.

Pizze (oui Pizzas ça fait trop frenchy) au célèbre restaurant Trianon.

De grandes tablées non dressées, une carte plutôt simple mais de succulentes pizze et une atmosphère chaleureuse.

Même si nous ne l'avons toujours pas reconnu, une célébrité locale a fait lever et applaudir tout le restaurant.

Petit digestif (vodka redbull) dans un bar aux WC à la turque...