Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Piazza Garibaldi

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 3 juillet 2006

Positano nous fera vite oublier Sorrento...

Réveil avant 10h00 pour ne pas rater le petit déjeuner de l'hôtel (mortadelle sur fond de Rondo Venezziano: comment peut-on résister?).
C'est donc le ventre bien repu et armés d'une patience à toute épreuve que nous décidons de nous attaquer à la gare Garibaldi et à tous ses recoins pour réussir à savoir où se cache donc le Circunvesuviano.

Les italiens ont beau être adorables il faut bien reconnaître que question organisation/information c'est souvent... il faut bien le dire: le bordel. Ainsi donc le déchiffrage des destinations et horaires des trains a été quelque peu problématique.

Un conseil: Quitte à passer pour un demeuré: demandez, puis redemandez et si ce n'est pas clair n'hésitez pas. Redemandez encore votre chemin.

Assez long trajet dans la chaleur accompagné de hordes de jeunes piallant à l'idée de retrouver leur plage favorite.

Arrivée à Sorrento.... Ah Sorrento .... Turistico Sorrento... C'est une station balnéaire très agréable, assez chic, d'ailleurs la rue principale ressemble à s'y méprendre à l'avenue commerçante de Levallois-Perret dixit Guillaume.

On flâne gentiment dans un parc arboré où un défilé de mode se prépare... Une belle vue sur la mer depuis le parc et là, déception: les plages sont payantes. Bienvenue en Italie!

Pour accéder aux plages, deux options: à pied ou un ascenseur à 3 euros. Bien évidemment nous descendons à pied (c'est tellement mieux...)

Arrivée sur les plages. Visite gratuite d'une plage privée. Devant les prix prohibitifs on décide de chercher LA plage "gratuite". On a fini par trouvé 2m² de plage...

Assez décus on décide de remonter vers la ville (à pied: était-il nécessaire de le préciser?) et d'aller frapper à la porte de l' Office du Tourisme.

Un accueil chaleureux et des infos pratiques sur Positano, Amalfi et les plages... Le tout en français s'il vous plaît.

Petite ballade dans les rues bondés de touristes numérotés et de magasins de linge de maison. Sorrento n'est pas faite pour nous...

Nous décidons de déjeuner rapidement pour ne surtout pas rater notre bus qui nous emmènera HORS de Sorrento.

Devant la gare, évidemment pas d'indication sur l'arrêt du bus pour Positano (on aura au moins appris un mot: fermata !!). Mais le bus arrive et en fin de compte on se fait très vite à cette nonchalance italienne.

Le trajet entre Sorrento et Positano est à couper le souffle. Depuis les hauteurs verdoyantes la mer paraît encore plus bleue.

On décide de descendre sans vraiment savoir si l'on est arrivé à Positano. On se prend un espresso sur la terrasse d'un restaurant perché sur les collines. Un régal. C'est un véritable décor de cinéma.

2 options s'offraient alors à nous:

1° Descendre Positano par la route pour arriver aux plages

2° Déambuler dans les petites rues aux marches souvent rudes d'accès (Cf: vidéo)

Bien entendu, on a fait le 2ème choix.

Dédale de rues désertes où le linge propre à la fenêtre nous émoustille les narines. Le plus bel aspect de Positano est à chercher par là.

En arrivant en bord de mer on s'aperçoit que les bateaux qui relient Positano à Naples sont peu fréquents et surtout que le dernier est en fin d'après-midi...

On décide donc de se baigner avant de repartir. Attention: les pigeons sont sur la plage et gambadent de serviettes en serviettes. Charmant...

Ballade dans les rues situés à proximité du port. On improvise un pause goûter sur le parvis de l'église où un lieu... un mariage.

Un véritable mariage napolitain avec ces mafieux et les belles italiennes.

mariage capri italie onickz

Retour en ferry (assez long).

Arrivée à Naples on décide de se faire un bon resto dans le coin: La Taverna de Luciana.

Terrasse tranquille et service tout droit sorti d'un film des années 40. Linguine scampi pour el Guille et risotto frutti di mare pour moi. Très bon restaurant.

Pour retourner à l'hôtel on passe pour la énième fois par la Piazza del Plebiscito pour rejoindre un bus payé dans notre trajet enferry (ce n'était pas aussi simple que ça mais on a pris le bus quand même).

Retour Piazza Garibaldi (formidablement bien desservie). Dodo!

dimanche 2 juillet 2006

Première journée à Naples

Retranscrit des notes du carnet de bord de Vanessa:

Petit déjeuner à l'hôtel  sur les coups de 10h00.... Un café très espresso ou un café très "americano" et quelques parts de cakes, le tout sur fond de Rondo Venezziano...

 

Guillaume part en répérage dans les rues autour de la Piazza Garibaldi et revient avec la spécialité locale en matière de pâtisserie: une sfogliatelle au chocolat, s'il vous plaît. A deux on a réussi à finir mais on a failli se noyer dans l'huile. Le ventre bien rempli, on a déambulé dans les rues à la recherche du Castel Capuano. On a jamais trouvé. Via Duomo on a vu Saint Janvier alias C3PO ou Bender (pour les adeptes de Futurama). Autour de lui une crypte avec des ossements de Terminator (?!) et un sol en 3D. Via dei Tribunali : c'est le bordel mais .... "c'est ça que c'est bien". On continue notre ballade vers le port où on aperçoit le Castel. Un peu plus loin des hordes de touristes gravitent autour de la Piazza del Municipio.


A quelques pas la Galeria Umberto I, où peu de commerces sont ouverts mais les vendeurs de fausses Ray Ban et de sac Vuitton sont là, somnolant en attendant le client.

Un début de déprime Piazza del Plebiscito où rien ne se passe et où les touristes errent en se demandant pourquoi cette piazza est-elle si bien notée sur leur guide. On repasse devant le Castel de "l'œuf" et on décide de longer la cote avant d'aller manger.

On descend vers la Marina .... La passage devant les restaurants "chicos" de la Marina est plutôt risqué car le passage est à double sens sur un mètre de large. D'un côté les restaus et de l'autre ...bah....l'eau et les bateaux. On déjeune tranquillement une insalata et des cozze en admirant le paysage. On est dimanche, les restaurants sont bondés. Les familles napolitaines sont réunies et se sont pomponnées pour l'occasion. Ca parle fort, les gamins courent partout mais tout dans une atmosphère très chic. C'est un spectacle à ne pas rater. Quant à nous, bénis des Dieux on a même eu la chance d'assister à un anniversaire... Tout autour de la Marina, les napolitains profitent de leur dimanche. Les gens se baignent, font bronzette même s'il n'y a pas un gramme de sable. La plage n'existe pas à Naples, pour s'installer confortablement sur une plage ou sur un transat' il faut prendre le bataeu pour les îles.

Les Napolitains sans le sous n'ont que faire des ferrys.... la cote est inhospitalière et peu propice au farniente? Que nenni. Il fait beau, c'est dimanche ... C'est suffisant.

Après le déjeuner, on part en direction du quartier espagnol: des ruelles, un panier-ascenseur, beaucoup de marches et la pègre invisible mais bien présente. Arrivés PRESQUE sur les hauteurs, on a décidé...bah de redescendre et puis tout bien réfléchi... de remonter pour se retrouver là où on était 1/4 d'heure auparavant MAIS.... à 10 min d'une station de funiculaire qui nous avait échappé.

Visite du Castel Sant'Elmo. Magnifique vue sur Naples et la chartreuse San Martimo. Le lieu est désert, pas beaucoup de touristes excepté un japonais très étrange avec qui on a pris l'ascenseur et qui a disparu d'un coup...sûrement la pègre. De là, au diable les transports en commun: Vive la marche à pied!! Donc on zappe le funiculaire et nous avons descendu les marches à la manière Vanessienne (ref: video). Una halte pour un succulent granita au citron et direct hôtel. Quelque peu fatigués par cette petite journée, nous avons décidé de ne pas trop nous éloigner de l'hôtel pour dîner. Le guide mettait en garde sur l'insécurité du quartier mais y indiquait un bon resto. A 5 minutes de l'hôtel, de l'autre côté de la Piazza Garibaldi (que nous traversâmes à la Napolitaine: n'importe comment).

naples napoli traffic

Nous avons trouvé un très bon resto où Guillaume a enfin pu assouvir son envie de spaghetti alla vongole. Pour moi, spaghetti frutti di mare. Espresso et Limoncello pour finir. En bonus, une leçon de brushing par un petit français dont le père était très manuel.... Retour dodo!

Naples - Arrivée

Par Vanessa :

viaggi-napoli-hotel-vanessa-silva-by-guillaume-louyot.jpg

Promenade de découverte à la nuit tombée dans notre quartier autour de la Piazza Garibaldi.

Pizze (oui Pizzas ça fait trop frenchy) au célèbre restaurant Trianon.

De grandes tablées non dressées, une carte plutôt simple mais de succulentes pizze et une atmosphère chaleureuse.

Même si nous ne l'avons toujours pas reconnu, une célébrité locale a fait lever et applaudir tout le restaurant.

Petit digestif (vodka redbull) dans un bar aux WC à la turque...