Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 16 juillet 2009

De l'eau...

A 30°C le béton c'est pas ce qu'il y a de mieux pour se la couler douce... Un petit jet d'eau ou même un gros et voir la frénésie de tous ces enfants à l'idée de braver l'interdit: mouiller les vêtements.
Paris en été...

dimanche 15 mars 2009

New York Day Two: Ou comment confondre le MET avec le MOMA ...



Petit dej' à deux pas de la 6ème dans une cafétéria tenue, bien entendu, par des latinos. L'atmosphère y est paisible, il est 9hoo du matin et dans ce dinner les clients se font encore rares. Les yeux plus gros que le ventre je commande des pancakes et un muffin mais le serveur me fait vite comprendre que le muffin risque de faire un peu gros. Effectivement les 3 pancakes - dont je n'arriverai pas à bout - suffiront à combler mon estomac. G. prend des œufs brouillés avec du bacon ( une tradition s'instaure...) et un bagel.

Guillaume: Ambiance très zen dans ce café bien typique, dans le sens où il présentait tout ce que nous recherchions pour bien commencer la journée : boxes avec banquettes confortables, café à volonté, breakfast salé sucré pour se réveiller, et clientèle genre blues' men lunettes de soleil, détendus et affamés.




On marche, on flâne jusqu'à Central Park. Évidemment en plein mois de février on est loin de l'image de carte postale, de ce poumon vert en plein centre ville. C'est l'hiver et les arbres n'arborent même pas un petit bourgeon. Un lac gelé et une patinoire suffiront à rendre cette promenade agréable. On s'arrête devant cette patinoire plantée au milieu des arbres et sous le son d'une musique bien commerciale (Britney Spears est de retour) on admire le chaloupé de quelques patineurs slalomant entre une ribambelle de gamins.

G.: Connaissant Paris et ses parcs en hiver, Boulogne et son bois de novembre, ou pire, surtout pour Vaness', Saint-Cloud et son joli (en été) parc, je ne m'attendais pas à que nous enlevions nos habits au rythme de hippies fumant leur pot sur le gazon frais de Central', dans une ambiance ensoleillée de Hair. J'imaginais bien que cette deuxième journée, satanée "2ème" de chaque voyage, ne nous apporte pas autant que la précédente et que les suivantes. Bref, pas de déception, juste de l'impatience que le prévisible s'efface. Même la patinoire sonnait de travers, la musique, la queue des hot-dogs me faisaient surtout penser à Benny Hill à l'Américaine, un peu comme à Las Vegas dans un hôtel doré bien flippant dont je reparlerai suremment plus tard. Un conseil, si votre copine n'encaisse pas de marcher sur des feuilles mortes, c'est sûr, vous allez presque vous y engueuler. So romantique !




Avant notre départ imminent de Central Park des autochtones plutôt vifs et affamés (ils sont toujours affamés et à l'affût de la moindre miette tombante) nous offrent un ballet de toute beauté. On ne voit jamais qu'un seul squirrel, ils se déplacent toujours en bande.

G.: Seconds essais pour filmer ces squirrels en bande. Raté. C'est moche, on ne les aperçoit pas parmi les branches et feuilles mortes. Je ne le savais pas encore, mais je me rattraperai quelques jours plus tard dans le Bronx. To be continued en vidéo (en montage) et en récit dans quelques posts.




La 5ème avenue qui longe Central Park ressemble au XVI ème à Paris: des immeubles, un parc, mais rien sur des centaines de mètres. Rien, même décor: on a l'impression de faire du surplace. Mais au fond de cette avenue interminable se détache LE musée. Avant d'y rentrer on fait une petite pause afin de manger un bretzel. Mais attention vous ne pouvez pas vous asseoir sur les marches, des gardiens sont là pour vous rappeler gentiment à l'ordre.

G.: Bretzel chaud et bien moelleux, avec ou sans café, bonne alternative peu onéreuse pour ne pas reprendre un n-ième hot-dog. Il fait froid, je me les caille, j'ai pas envie de me faire un musée (j'ai essayé d'esquiver en lui proposant le zoo de Central mais sans succès). Par contre je lui ai promis que ça me faisait plaisir, donc je sers les dents et on y va.




Une fois dans le hall du musée on se dirige vers les caisses. 15$ l'entrée, mais après tout, ça faisait partie de la liste des choses à faire impérativement à NYC. Pas de tickets mais des espèces de badges/pin's rouges arborant un majestueux M symbole du musée.
C'est un peu le bazar dans le hall et à vrai dire si on est pas très honnête on peut faire l'économie du ticket d'entrée car il n'y a absolument aucun contrôle.
Avant le départ j'avais feuilleté un peu les recommandations du guide pour optimiser au maximum cette visite. On était donc décidé à commencer par le 6ème étage.
Première surprise: pas de 6ème étage. Ok...

G.: Je le sentais pas son musée. Pourtant c'était joli.

Très étrangement au rez-de-chaussé tout une partie est consacrée aux Égyptiens. Mais qu'est ce qu'ils font là?

G.: Cool des tombeaux ouverts, des momies, des hiéroglyphes bien conservés, une superbe salle très lumineuse avec d'autres ruines de temples, et une serre au papillon (évidemment c'était fermé ce jour là). Ca me fait du bien de voir ça, et de ne pas passer mon temps à trouver quelconque un Picasso. Ok ça dépend desquels, cf dans quelques posts, dans l'autre musée...

Aux étages quelques tableaux contemporains, mais où sont les Hopper, les Picasso? J'enrage intérieurement, rien ne se passe comme prévu. Et là, au détour d'un Corner Shop, je dois me rendre à l'évidence. On est vraiment trop cons.
Sur les mugs, les petits carnets, les stylos de la boutique, trois lettres me font sourire et grincer des dents à la fois: MET.
MET alors que j'attendais MOMA. On s'est tout simplement plantés de musée. Comment ? Je ne sais pas, sans doute dû à la similitude des noms: Museum of Modern Art, Metropolitan Museum of Art.

G.: On a bien sûr visité au passage la partie dédiée à la Grèce antique, le Moyen-Âge et d'autres parties de notre histoire, dans, encore une fois, de très belles salles, où chaque pièce est mise en valeur. Même les gamins sont interessés, le soleil se lève, les oiseaux nous appellent. Ok, bref on sort.

Fatigués et un dépités par notre connerie, on décide de prendre un taxi pour rentrer et glander un minimum.

Le soir venu, on se dit sans doute qu'un bon italien nous apportera la dose de réconfort après cette deuxième journée. Dans le Lonely Planet un seul resto conseillé dans Little Italy: Da Nico.
En deux mots: A éviter! Les pâtes sont réchauffées et chères.

G.: Habitués par quelques voyages en Italie à la crème des pâtes, dès que je rentre dans un restaurant italien je le met en situation de crash-test en commandant des vongole. Et là, je me suis dit, c'est pas cool. Vaness' avait pris pour rire des fettuccine Alfredo, et pareil, ça ressemblait à rien de bon, et cela avait le goût à son image. Il y avait même des gens qui se prenaient en photo dans le restaurant. On était fatigué, mais heureusement à une dizaine de feet de notre chambre d'hôtel. Une petite clope sur le toit de l'hôtel, et je rejoins Vanessa sous les draps.

Retour dodo

G.: ... Yes, dodo. J'avoue. Les vongole m'ont achevé. Je m'endors en rêvant des égyptiens :
Viens à moi, viens à moi, ma mère Isis.
Vois, j’ai eu des visions loin de toi en ta cité.
Me voici, mon fils Horus : révèle ce que tu as vu, afin que ces menaces éparses
dans tes rêves puissent disparaître, et le feu s’attaquer à celui qui t’effraie.

dimanche 8 mars 2009

New York Day One

Première journée à New York ... Avec le décalage, on se retrouve les yeux grands ouverts à six du mat'.

On se prélasse au lit, on prend un bain: on est en vacances.

On lève le camp vers 8h00.

Dehors il fait beau même si le vent est glacial. La même lumière que sur les centaines de photos prises à NYC que j'ai pu voir avant le départ. Une lumière propre à cette ville, éclatante, bien loin du gris que peut laisser parfois Paris sur les photos. Les photos seraient-elles inratables ici?

On marche, Broome St, Elizabeth St: les briques rouges, les escaliers extérieurs...

Guillaume : Entre Little Italy et Chinatown, notre hôtel est perdu entre pizzerias et salons de massage traditionnels chinois en sous-sol. On déambule au son des sirènes de pompiers (une caserne juste à coté), d'ambulances et de police. Je rêve de Godfather, de Scorsese et tente d'imaginer Chinatown à l'époque ou la pègre reignait. On se dirige vers le prestigieux City Hall et faisons mine de ne pas être étonné de ces types aux looks de gangsta' qui ramassent les déchets, supervisés par des cops aux lunettes de soleil.

On se retrouve pas loin de Ground Zero et la faim commence à se faire sentir.

Un des meilleurs souvenirs: Un Delicatessen juste en face de St Paul's Chapel. Un long comptoir où des latinos s'affairent à préparer des sandwiches pour les ouvriers de Ground Zero qui viennent passer commande. Ca crie beaucoup (même si le dimanche y'a pas foule), ça balance du sandwich d'une extrémité à l'autre du Deli.

G.: Terrible ce Deli. On est resté 5min à tenter de lire tout ce qu'il avait de dispo à manger. On devient instantanément amoureux du "Next Please !" crié par l'un des chefs, avec la même voix que Sean Paul. On y reviendra, c'est sur.

Ce n'est pas un lieu touristique mais à les voir faire on a l'impression qu'ils jouent pour vous, que tout cela est une mise en scène.

Rassasiés après avoir ingurgité un bagel bacon œufs brouillés + donuts et café au lait, on se promène le long de l'Hudson River dans Battery Park City. Il fait froid, très froid, alors il y a peu de badauds. C'est pas très grave parce que les squirrels sont dans la place. Asseyez-vous sur l'un des bancs qui bordent cette magnifique promenade et vous ne tarderez pas à les voir s'activer comme des oufs. En fond sonore une mouette qui s'égosille.

G.: Peu de bruit pendant cette promenade, peu de monde, quelques joggers, du soleil, un cesna qui passe dans les airs, première détente matinale de qualité, premier sourire de plénitude. Au loin, le New Jersey... Les mal aimés de NYC :)

La promenade nous fait rejoindre nos compatriotes touristes car ELLE n'est pas loin. Mais si petite, toute petite. Oui, je le confesse,depuis les rives new yorkaises la Statue de la Liberté est ridiculement petite. On continue notre promenade, on marche, on croit se rapprocher mais elle reste minuscule. Autre déception: on ne la verra jamais de face.

G.: Je tente de rassurer Vanessa en lui disant que vue d'en dessous elle est pas si petite cette Mme Eiffel, ce monument de New York. Mais bon, 13 ans après mon premier étonnement à ce sujet je ne peux que me dire intérieurement qu'elle est effectivement minuscule et que je peux pas mentir à Vanessa : ce n'est pas un effet d'optique.

Non loin de l'embarcadère pour accèder à Ellis et Liberty Island, les vendeurs de tee-shirts et de hot dog sont là pour faire patienter le touriste dans cette interminable file d'attente. Mais attention au piège: un hot dog c'est bon, c'est pas cher et ça se mange n'importe quand. Oui mais pas n'importe où. Il est absolument déconseillé de déguster ce mets tout comme son pote le bretzel sur les bords de l'Hudson en attendant de monter sur le ferry. Pourquoi ? Parce que vous vous exposeriez à une attaque de mouettes.

Tout proche, Wall Street nous attend. Impressionnant même si le dimanche n'est pas forcement le meilleur jour pour voir courir les businessmen dans les rues. Mais les gigantesques immeubles restent gigantesques même un dimanche.

G.: Un arrêt café au chaud à la librairie Borders chez Dean & Deluca et on est reparti.

A force de marcher, on arrive épuisés sur Union Square et le Mac Do nous tend ses bras. Manger au Mac Do aux Etats-Unis est une expérience à ne pas rater. Déjà le Doctor Pepper, bon attention car c'est assez addictif (de retour à Paris faites un tour à la Grande Epicerie pour en trouver). Et puis je ne sais si j'ai eu beaucoup de chance mais mon hamburger était la copie conforme de celui des affiches publicitaires.

G.: C'est clairement comme sur la photo, et en plus, alors que je suis loin d'être fan du Mac Donald, c'était assez bon. Il n'y avait pas le goût étrange que l'on retrouve dans chaque burger en France, que se soit un Big Mac ou un Deluxe. La viande ressemblait à un vrai steak, la salade était toute fraîche et bien frisée, les légumes ressemblaient à quelque chose. Arf.

Attention une boisson Small équivaut à une Large chez nous...

On assiste sur Union Square à un petit show mélange de krump et de hip-hop. Rien d'exceptionnel mais l'ambiance d'Union square, son dynamisme, son métissage, point de rencontre de la snobinarde et du rappeur, font que l'on s'y sent bien et que l'on reste avec plaisir.

On apprendra assez rapidement que Broadway n'en finit pas et que les magasins sont ouverts le dimanche.

Faites attention car les new-yorkais sont adeptes des grands chiens.

Beaucoup plus paisible que Union Square, on arrive sur University St  et les adorables départements de français et d'allemand. Des petites maisons dignes de Hänsel & Gretel. On a du mal à croire qu'à l'intérieur il y a des salles de cours. (Remarquez j'ai pas vérifié ça se trouve c'est juste l'administration...).

Le soir venu, on a qu'une envie: voir les lumières de Times Square. Oui c'est gigantesque, oui il faut absolument le voir, se promener dans les rues pour perdre la notion du temps. Mais gare à l'overdose. Pour ma part, dans un premier temps une incroyable frénésie s'est emparé de moi. Il fallait absolument que je traîne Guillaume dans ce gigantesque magasin (sur au moins 3 étages) consacré aux M&M'S. J'aurais pas dû. C'est trop. Trop de M&M'S, trop de couleurs de M&M'S, trop de draps, de couvertures, de distributeurs, de stylos, de rideaux de douche consacrés aux M&M'S... Le temple du merchandising. C'est avec fierté (et grâce à G.) que je suis ressortie sans avoir lâché un penny aux cacahuètes enrobés de chocolat.

G.: Quand j'ai vu le M&M's géant sur écran géant ça m'a amusé mais dégouté. Le magasin, cela m'a confirmé le dégout. Et je me suis bien "amusé" à trainer Mlle dans tous les étages pour lui refiler mon dégout. Mission complete !

Avant de quitter Times Square, Guillaume se verra happé dans ce tourbillon d'achats compulsifs. Des dizaines de magasins proposent du matériel hi-fi, photo et autres gadgets électroniques. C'est un peu la caverne d'Ali Baba où l'on est sûr de tout trouver. On repartira donc avec un grand angle pour la camera. Mais attention un grand angle acheté 200$ alors qu'il était étiqueté 699$. C'est donc le temple du marchandage.

G.: Ils sont pas cons : des touristes + appareil photo + skyscrapers = on a envie de téléobjectif ou de grand angle. Et les magasins proposent ça partout. Souvent ce sont des magasins qui vendent aussi bien des téléobj' ainsi que des mugs NYPD. A éviter. Là où j'ai acheté compulsivement le grand angle, il y avait en vitrine des belles caméras pro, ça m'a poussé à entrer. Le magasin avait la superficie du premier étage du Virgin sur les Champs Elysées à Paris, et ne proposait QUE du matériel photo / video. Même si je souhaitais un grand angle de marque pour être sur de ne pas avoir de vignettage noir, de perte de qualité, j'ai pris un noname, après l'avoir testé bien évidemment. Connaissant l'image un minimum, j'ai su que je pouvais le prendre, il est nikel. Fermeture du paragraphe technique, à vous les studios....



Un peu ecoeurés par les sirènes de Times Square, on décide de se trouver un restaurant calme loin des lumières aveuglantes des buildings. Toujours à pied, on se dirige vers Little Korea. Very Little Korea puisque ce quartier n'est en fait qu'une rue où se succèdent restaurants et bars karaoké. Un Korean Barbecue fera l'affaire pour ce soir. 99% de la clientèle est coréenne. A côté de nous une table de jeunes coréens venus faire gouter leur cuisine à un de leur ami américain. Éberlué devant l'exotisme des plats qui défilent sous ses yeux il ne mangera pas grand chose ce soir là. G. commande un korean barbecue et le nombre d'assortiments servis avec la viande est assez impressionnant. Il n'y a bientôt plus de place sur la table. L'ensemble est plutôt bon mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Une fois les plats terminés la serveuse s'empresse de nous donner l'addition. Évitez de demander dessert et café qui n'existent pas dans ces lieux.

Retour dodo.

G.: Et pour moi un tour dans l'hôtel, ou je découvre que l'alarme de la porte qui donne au toit est arrachée. Je pousse la porte, et là je me ballade sur Broome St via les toits, en souriant d'être à New York.


page 2 de 2 -