Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 5 juillet 2010

TRASTEVERE MI AMORE

Après le Vatican, il était nécessaire de sortir des sentiers battus. Ça s'est fait tout seul: Une cantine, Hopper et World Press 2010

Il y a plu toute la journée du samedi. En permanence, sans cesse, non stop, sans pause. Sous un parapluie le champ de vision est considérablement réduit. Comme des âmes en peine nous avons traversé Rome de long en large en finissant par manger un Burger King à 15h00. Nous étions donc au bord de la dépression et puis on s'est rappelé d'un joli prospectus aperçu dans le hall de l'hôtel: Rétrospective Edward Hopper.

Guillaume : Le soucis avec la pluie c'est que les touristes se transforment en parapluies équipées de baleines dangereuses. On se croirait dans un jeu vidéo, à esquiver chaque attaque, sans parler de la vue qui s'en trouve bouchée. Et Vanessa qui ADORE la pluie (hem hem) était presque triste pour nous, car Rome c'était un joli cadeau qu'elle m'avait fait. Il y aura pu avoir d'autres points noirs, j'aurais de toute façon apprécié ce weekend en charmante compagnie et issu d'une belle intention. Merci Vanessa :)

Certes il a fallu faire la queue pendant trois quart d'heure (après tout nous étions à Rome) sous une pluie battante mais tout cela en valait la peine. Une reproduction grandeur nature du café de Nighthawks (la photo ne rend rien mais c'était sympa d'habiter les lieux l'espace d'un instant), des tableaux archi-connus et que nous adorons tout les deux. Bref une petite halte bien méritée.

G. : Oui très belle surprise que cette reproduction plutôt proche du tableau. J'ai été content qu'il n'y avait pas de mention de cette mise en scène sur le prospectus, l'agréable surprise est primordiale dans la Vie.


Après ça, on s'est dit que l'on allait pas s'arrêter en si bon chemin alors on a décidé de retourner dans Trastevere pour gouter une "cantine".

G. : Un lieu comme on aime, simple, à l'écart, avec que des locaux qui ont de la gueule. Un jour j'aurai peut-être le truc pour les mettre en confiance et sortir des portraits, pas évident. Certes à l'arrachée, voler un portrait est drôle car interdit, mais je préfère que leurs yeux me parlent.

Un menu sommaire, une vieille dame qui sert la pasta, du rosé en pichet, des plats bons et qui tiennent au corps. Le tout pour trois fois rien. C'était le paradis après cette journée sous la pluie!

Et puis, parce que cette journée avait très mal commencée et qu'elle s'est très bien finie on a profité de la Nuit des Musées pour se faire une expo photo de taille: World Press 2010 au Museo di Roma in Trastevere.... Je vous le dis ce quartier est magnifique!!

G. : Oui top ce quartier. Et l'expo gratuite avec les bobos, artistes et stagiaires italiennes était chouette. Le World Press a cette particularité d'avoir des thèmes diversifiés, qui font que tout reste concret, car chaque photo montre les réalités, belles mais parfois cruelles. Dans ce quartier Il y a pas mal de bars aussi, que nous n'avons pas essayé, trop fatigués de marcher depuis l'aube. Mais devant ces bars les italiennes qui commencent à être pompettes et les italiens qui s'échauffent étaient bien, chez eux quoi. Quelques rues plus tard, les anglais, allemands et français étaient déjà bien farcis d'alcool. On ne s'est pas attardé, direction le pont pour revenir. Là, des groupes d'italiens qui avaient l'air décidé dans leur marche. On les suit, on se retrouve au milieu des rires dans des ruelles anciennes, dans le noir complet pendant d'étranges minutes. Pas un lampadaire, juste une faible lumière issu de la ville, à quelques centaines de mètres.

dimanche 5 avril 2009

New York Day Four: Ou comment on a rien foutu pendant un après midi...

Petit déj' classique non loin de notre hôtel sur Lafayette St. Évidemment pour faire comme d'habitude on commande des pancakes et du bacon. Le lieu (qui a des faux airs du Double R) propose un menu sucré salé assez alléchant. On ne se fait pas prier.

Guillaume: Il fait gris et assez froid mais notre corps s'est vite habitué à ces gros-petits-déjeuners. On se réchauffe en se réveillant doucement autour du café. J'en profite pour sortir mon guide (ouh la honte, eh, touriste!) comme il n'y a pas grand monde. De mon sac je sors aussi mon appareil pour vous montrer ma casquette Bronx Bombers (autre nom des New York Yankees) achetée quelques jours plus tôt sur Broadway. Vu le temps et ma fatigue des longues ballades des jours précédents, je propose à ma douce un petit itinéraire rock n' roll dans le quartier.

new york recit de voyage

On décide de se promener dans le East Village pour commencer la matinée. Une promenade plutôt agréable dans ces rues qui regorgent de bon nombre de boutiques de drag queens, de vendeurs de disques et autres tatoueurs. Le seul hic c'est qu'à 9H30 ce petit monde est encore dans les bras de Morphée et les rideaux des boutiques sont donc encore baissées. Mais ce "petit détail" ne nous empêchera pas de refaire la photo de l'album Physical Graffiti de Led Zep'.

G.: La photo ci-dessous n'a rien à voir avec la pochette en question. C'est plutôt normal, on ne l'avait pas vu avant. Et pour le clip des Rolling Stones il me manquait des figurants. Bravo l'organisation ! Par contre oui, nous nous sommes mis à demi nus, on a bu des bières, on a chanté des classiques indies et on a sniffé de la coke en faisant des bras d'honneur aux passants. Vanessa s'est rasé la tête et piercé le corps entier, et moi je me suis laissé poussé les cheveux ce matin là. En fait non, j'ai juste pris la pause et on s'est barré.

Il était tôt le matin, peu de passants nous accompagnaient et on avait la singulière impression que les rues étaient "salement" fatiguées par les beuveries de la veille au soir. Un fumet de bière tiède flottait dans l'air. Le temps était plutôt gris ce matin là mais cela collait parfaitement à ce haut lieu du rock. London Calling à NYC.

Pour trancher de façon clair avec le East Village, au détour d'une rue, on se laisse entraîné par un tourbillon de sucreries. Une boutique de caramels, bonbons et chocolats qui ressemble véritablement à une caverne d'Ali Baba est posté là, on se sait pas trop bien comment et pourquoi.  Je pense qu'on a du rester un bon quart d'heure à regarder les mille et une possibilités pour nos caries et à voir ces gros blacks venir acheter leur sucette au détail. Au final, trop de choix tue le choix alors on est reparti bredouille: Faut pas déconner y'avait même pas de Bubblicious.

G.: Ils ont des PEZ géants. Et c'est horrible comme cliché mais quand j'ai vu les types rentrer, démarche "Me got uzi so what", je me suis dis qu'on allait rigoler un peu. Mais finalement ça s'est limité à l'achat hurlé de Jawbreakers et d'autres trucs étranges qui m'auraient pété les dents en un croc. Je ne sais pas si c'est normal mais comme l'indique Vaness', on a rien pris, à part quelques images en photo et vidéo. Tiens ça me fait penser tant que je vous parle de la vidéo... J'ai perdu mes rushes de NYC sur mon ordinateur, mais comme avant hier, alors que j'allais appuyer sur "format" de la mémoire de ma caméra, j'ai abandonné cette idée. Du coup, oui, j'ai -presque- tout récupéré. Et je crois même qu'on y voit ce magasin. Donc quand cette vidéo sortira, please, regardez-la en boucle et distribuez là à vos proches, sa diffusion sur le net ne devrait plus tarder...

new york recit de voyage

Tribeca et Soho feront suite à l'East Village. Promenades et lèche vitrine (et non pas shopping car les boutiques sont hors de prix) en perspective.

Pour narguer ma sœur chérie on s'aventure dans le fameux Apple Store le temps d'un cliché.

new york recit de voyage

On s'accorde une pause dans un bar irlandais qui fait l'angle jute en face de l'empire Mac. Lorsqu'on ressort c'est le déluge.

La neige, la pluie, la neige....

G.: Je suis allé "me laver les mains" aux WC de ce bar Irish très chic. Les murs étaient noirs de tags et graffitis (pas les tags sur le net, des "vrais"). Évidemment j'avais mon Posca sur moi. Le deuxième de l'année, mais au moins il y est !

new york recit de voyage

On passe donc l'après-midi, réfugiés dans la chaleur de la chambre d'hôtel.

Petite ballade sous la pluie pour G. qui ira chercher des vivres au Burger King le plus proche.

G.: Qu'il pleuve, qu'il vente, j'irai chercher pour moi et surtout pour ma douce des frites, un coca, et un double cheeseburger with bacon, si c'est chez BK.

Vers 20h00, G. brave le froid pour accomplir des trucs de mecs:

  1. Prendre une Guiness dans le QG des Soprano
  2. Se faire masser par une chinoise dans un sous-sol en plein Chinatown.

G.: Après le trip dinatoire cheeseburger au lit devant la TV à regarder les premiers mots du nouveau directeur de la CIA, je me sens d'attaque pour une ballade digestive pendant que Mlle s'endort confortablement à côté de moi. La petite pluie et le son des sirènes seront parfait pour me réveiller les sens, dehors.
A quelques pas de l'hôtel, je rentre dans le Mulberry Street Bar qui a servi de lieu de tournage pour le film Donnie Brasco (Johnny Depp) , Contract On Cherry Street (Sinatra), Men of Honor (Martin Sheen), Out of Darkness (Woody Allen, Madonna), Godfather III (Brando, Garcia), State of Grace (Sean Penn), Night and the City (DeNiro)  ou encore de pour les Soprano (S04e04, S05e04-06-12-13) et quelques scènes de Law and Order (episode Kingmaker). Bien évidemment ce jour là, à part ma caméra dans la poche comme d'hab', il n'y avait pas d'équipe de tournage ni de parrain qui n'attendait que moi et qui m'aurait sorti avec une voix grave et enfumée "je savais que tu viendrais mon petit". Je demande à la serveuse une Guiness'. Le genre de serveuse détestable qui vous demande ce que vous voulez consommer dix minutes après votre arrivée, le genre qui sert un verre 10 autres minutes après, et le genre qui laisse la guiness de son côté près de la pompe à bière sans vous la filer. Au bout de deux minutes à regarder ma Guiness' à 30cm de moi mais pas devant moi, je me sers comme chez moi même si j'ai peur qu'elle me flingue la main pour ça. Elle s'excuse, je la regarde genre "trop tard je t'emmerde avec tes excuses". Elle me prend 7 dollars, tout me paraît cher et mal servi. Je me casse, après avoir bien sur passé à tabac deux gorilles qui ne voulaient pas que je visite la salle d'armes à coté des chiottes, et après avoir sorti d'une cage de lion cachée sous des boites à pizza une magnifique italienne nymphomane enfermée depuis 2 semaines à qui j'ai offert ma force et mon courage d'homme. Bref je paye, je sors du bar en marmonnant "ton bar y pue" mais j'y reviendrai vérifier un jour.
Cela fait maintenant 4 jours que nous marchons comme des robots et que notre démarche ressemble de plus en plus à celle d'un alien escargot-crabe du texas (jambes arquées). Il pleut, c'est sombre, il n'y a pas grand monde à part quelques chinois pressés et de jolies filles qui vont et viennent. J'aperçois au loin des affichages lumineux en chinois. Ça y est j'ai trouvé ce que je vais faire, je vais arpenter les sous sol de Chinatown et me trouver une masseuse pour me dérouiller les jambes et le dos. J'espère rencontrer une vieille chinoise masseuse qui fait son taff sans chichi, à la manière de celle que j'aime voir régulièrement rue de la Jonquière à Paris, vers la rue Lantiez, contrairement aux fausses masseuses de la rue Legendre.
Je descends à même la rue des escaliers trempés vers une de ces portes étranges. Au bout d'un petit couloir au néon défoncé et clignotant, je tombe sur un panneau : fermé, voir telle rue tel numéro. En général quand on lit ça on en profite pour abandonner lâchement, mais cette fois je ne veux qu'une chose: ne pas me réveiller demain matin avec un corps non fonctionnel. Je cherche donc ce fameux salon de massage et redescends d'autres escaliers. Une pancarte sur la porte: Sonnez et entrer. Youpi, comme en France chez le médecin. Beaucoup de questions me viennent mais j'y vais, je sonne, je rentre et ...
A peine la porte ouverte je tombe en plein milieu d'un salon d'appartement avec une vieille chinoise allongée, un être étrange à coté qui doit être son mari, une jeune fille, une autre femme qui doit être sa maman, et son père, surement. La porte s'ouvre juste à coté de leur TV, du coup toute la famille vous matte bien lorsque vous entrez en osant couper le meilleur moment de leur film parce que vous ne parlez par chinois et que vous n'aviez pas compris en entendant la TV que la dernière phrase du héros était "Écoute bien, je vais te chuchoter qui est l'assassin". Bref, tout le monde se lève, sauf les anciens. Le père me sert la main et me demande de m'installer à côté. Je prends un couloir gris qui donne sur un petit dortoir aux lits séparés de rideaux en plastique opaque. Je vais tout au fond. La jeune fille me rejoint, me sourit et me demande le programme. Je lui montre une affiche et lui demande 50/50 pour 15min de massage de pied et 15min de massage du corps dont surtout le dos. Elle me sourit de nouvau, me demande d'enlever mes habits. Elle me regarde et se met à se déshabiller. Vu la façon de faire, je pensais qu'elle n'avait pas compris mes attentes très pures. Et puis j'étais crevé, non pas que l'idée de la fille qui ne parle pas votre langue ne pense qu'à votre plaisir masculin et par gestes vous fait comprendre qu'elle est prête à tout pour vous. Bon en fait elle s'est arrêté à son tshirt et a gardé son jean. Ouf ! ou plutôt mince ! Euh enfin bref je m'allonge et avec une serviette sur ma peau elle commence son job. J'ai trouvé ça gentillet par rapport à ce que me fait celle à Paris. J'ai vite changé d'avis lorsqu'elle a commencé à me brusquer le dos avec des dizaines de coups de poing. Je me suis senti violenté mais en serrant les dents ça passe très bien. J'imaginais la jeune chinoise déchainée et ça me plaisait assez de ne pas broncher d'un poil. Même si c'était le genre à coller son bassin contre votre crâne et vos coudes ou à pencher sa poitrine sur vos mollets, ses coups de poing ne m'ont pas donner envie de trop continuer. Mais les pieds avaient eux aussi besoin de tendresse asiatique.
Elle se passe une crème et commence à me triturer les pieds en toutes parts. Par moment elle me faisait si mal que je me demandais combien de temps j'allais tenir avant de lui mawashiriser ses joues. J'ai pu rester zen en me mordant parfois les lèvres. Le réveil oldschool sonne. Elle lève les yeux, me sourit, me demande si it was good d'un air espiègle, je me rhabille et repasse au salon. Même histoire, tout le monde se relève, sauf les anciens, et je me retrouve face à une femme que je n'avais pas vu avant le massage. Elle était grande, épaisse sans être grosse, baraquée, avec un sourire vicieux. Elle m'a fait penser à une de ces "boss" de fin de niveau dans les jeux vidéo de combat arcade comme Shadow Warriors ou Double Dragon. Je la paye 30$, je laisse 5$ de tip en mentionnant, for the tip. Elle regarde le tip, me regarde, sourit, regarde de nouveau le tip, là je me sens un pauvre type, elle éclate de rire en tenant le billet dans la main et en gueulant, the tip! Je prends une clope dans ma bouche, je me barre sans me retourner en levant la main. Direction le lit à l'hôtel, je rentre avec une démarche d'animal blessé. Ça y est j'ai pas du tout envie de rentrer à Paris.