Récit de Voyage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 mai 2009

New York Day Five: Des Cupcakes au Bronx, il n'y a qu'un pas.

( Navré pour le délai de ce post ... Quelques contre temps )

Encore un réveil matinal.

Vanessa : Petit dej' plus sucré que d'habitude chez Oro sur Broome St. Je finis par un yaourt aux blueberries qui équivaut à 4 danones et un sachet d'amandes pilées...

Guillaume : Pour moi un deuxième café, une cuillerée du fameux yaourt, une clope et on est parti. Mes pieds vont mieux depuis le massage nocturne de la veille, mon dos aussi, mais mes mollets sont encore bien touchés.

Petite ballade qui se transforme en shopping: Forever 21 (attaque cardiaque pour moi: enfin un magasin qui n'existe pas en France, un tas de fringues à des prix décent), Brooklyn Industries et Urban Outfitters ( hors de prix à mon goût).

G: Brooklyn Industries me fait bien triper. Le logo presque discret d'un réservoir d'eau typique du paysage urban new-yorkais ne me dérange pas voire me plait. C'est assez cher mais j'y repasserai.

On se ballade sur Bleeker St où on mange un bagel et un hot dog tranquille. Le bagel évidemment c'est pour moi et depuis mon arrivée à NYC, un bagel avec du fromage blanc. C'était un peu devenu une idée fixe. Comme d'hab' les proportions sont XXL. La quantité de fromage blanc (type Philadelphia pour les spanish et  Saint Moret pour les p'tits français) est indécente: 500g de fromage coincé dans un bagel de 5cm de diamètre c'est beaucoup. Même chez toi, tout seul tu n'oserais pas mettre autant de fromage, du coup cette dégustation revêt un côté transgression des règles d'usage assez jubilatoire...

G: Pour moi un hotdog bien garni pour finir mon petit dej', c'est le minimum !

Greenwich Village est l'un des quartiers les plus agréables de NYC. Oui je dis ça, parce qu'il faisait beau, la lumière se reflétait sur les vitrines et du coup on avait le cœur léger.

Moins fleur bleue et beaucoup plus urbain branchouille, on se dirige à pied vers LE quartier à la mode: Meatpacking.

Chic et ultra moderne,ce quartier s'est construit sur les vieux entrepôts et les magasins de grossistes. Il est agréable de flâner dans Meatpacking car même si le bitume est ici légion, les immeubles n'ont pas la même taille qu'en centre ville. Tout paraît donc plus aéré, moins étouffant. 

G. : Une amie originaire de New York, Miss Eve, m'avait parlé pourtant d'un endroit étouffant, à la limite pire que les sous-sols des Halles à Paris le Samedi aprèsm'. Nous nous sommes aventuré dans cette galerie tout de même, et finalement cela a été plutôt agréable, on a du tomber à une bonne heure.

Dans un ancien entrepôt s'est installé un centre commercial dédiée aux repas express du midi. Eleni's une boutique de cupcakes incroyable (notez qu'il est formellement interdit de les prendre en photos...), en passant par un fast-food de homard pour revenir a un cupcake en forme de tête d'Elmo...

Bien évidemment je ne résiste pas à la tentation de me faire un cupcake, objet des plus délicates intentions puisqu'il vous est remis dans sa "box" pour éviter toute catastrophe.

G. : Même si j'ai du mal avec le sucré, je goutte le précieux cupcake mais je me sens pas assez girlie ou gourmand pour trop m'y attarder.

On quitte Meatpacking pour le complexe du Chelsea Pears. Impossible à décrire... Le long de l'Hudson River un "port" sportif: golf, baseball, gym... tout est possible si tu vas sur le bon dock. Comme d'hab' on rentre sans être invités, histoire de se frotter à ces êtres étranges qui aiment le sport.

On interroge un gardien de parking sur les camions de tournage qui bordent le Chelsea Pears. Il m'a pris vraiment pour une extraterrestre lorsque je lui ai fait comprendre que je ne connaissais pas la série Law and Order: "YOU DON'T KNOW THE TV SHOW, LAW AND ORDER?". A la deuxième fois j'ai dit oui pour qu'il ne me dénonce pas à la brigade des tv show has been...

G. : 'Faut dire qu'il avait un sacré accent le coquin. Dehors, aux abords des camions de régie, des jeunes mecs clope au bec et attitude "je bosse dans le fabuleux monde de la TV et vous êtes tous des merdes même si je suis stagiaire". Dommage pour le baseball indoor, je n'avais que mes Doc Marteen's. Et puis ce n'était pas aussi magique que je l'avais imaginé. On est à NY quand même ! Là on se croirait limite à Aquaboulevard lors de leurs tentatives de journées "Etats Zunis".

Sans aucune transition on prend le métro pour aller dans le Bronx... C'est loin. Une heure en métro. Par très rassurée, on arrive au milieu de nulle part. Je flippe ma mère. Le zoo est loin, on marche, sans trop savoir si on va dans la bonne direction mais en ayant trop peur de s'arrêter. Car oui madame, nous on va dans le Bronx pour voir des zanimaux...

G. : Comme mademoiselle Vaness' n'avait pas voulu voir le zoo de Central Park mais souhaitait me faire plaisir, nous n'avons pas trouvé mieux que le zoo du Bronx pour se décider à partir à 1h de métro dans les bas fonds du nord de New York alors que le soleil commençait à se coucher.

G. : Descente de la rame. Tout paraît normal  : on fait parti des seuls blancs, beaucoup de look hiphop bien large, casquette vissée. Je mets la mienne et pense que Vaness' aurait du mettre des vêtements plus larges. Un employé du métro nous indique le chemin le plus direct pour aller vers le Zoo. Je n'ai pas compris grand chose à part sa main levée dans la direction à prendre. J'ai compris par contre qu'il faut traverser un parc. Au loin, on en voit un avec des types qui se font une partie de base-ball. Au milieu, un étroit chemin de terre traverse entre les grilles des terrains improvisés, et passe sous un pont. J'ai jamais vraiment encaissé les chemins sous les ponts, lorsque je ne suis pas du coin. Après quelques minutes de marche on passe sous une sorte de périph' et on tombe sur un parking géant presque vide. Au loin, d'autres grilles. On doit y être. Heureusement, il commence à faire bien sombre...

On arrive sur le parking du zoo. Tout est désert. On interroge le gardien qui nous dit "hé les gars vous pouvez rentrer gratos parce qu'il vous reste seulement une heure pour faire la bise au grizzli".

Le zoo du Bronx c'est un gigantesque parc, avec un rivière et tout et tout. Mais à 17h00 en février, il n'y a plus grand monde et tout les gens que l'on croisait venaient en sens inverse (eux, se dirigeaient vers la sortie).

Bref, on prend la mauvaise entrée et puis on peine à trouver des animaux. Au final: un ours polaire qui a envie de rentrer au chaud, des canards et une oreille d'un léopard des neiges. Maigre butin pour une heure de tromé.

On sort et on se dit que quitte à être dans le Bronx autant aller jeter un coup d'oeil à ce quartier légendaire. On décide donc de se diriger vers le quartier italien. On demande: c'est loin. On prend un bus avec un chauffeur ultra sympa qui nous guide jusqu'à Arthur's Avenue. En fait le quartier italien ne se résume plus qu'à une rue avec quelques magasins (notamment une pâtisserie cafétéria comme on n'en fait qu'en Italie-Espagne-Portugal) et des restaurants italiens.

G. : C'est vrai qu'il était cool le chauffeur de bus. Surtout qu'on a bien hésité à demander notre chemin, à griller notre couverture, à affirmer par une question que l'on était touriste et paumé. Mais bon, l'aventure c'est ça aussi, comprendre qu'il faut assumer qui on est. On passe et repasse sous et à coté de chemins de fer. Les gens qui attendaient leur bus nous ont bien vu passer 4 fois mal à l'aise. Du coup on demande, on reçoit une hésitation, puis une éventuelle direction que l'on a suivi. Bingo. Ce gentil chauffeur nous indiquera même où descendre puis la direction à prendre à pied. Quelques minutes plus tard on se retrouve dans une grande rue couverte d'inscriptions en italien, entre autres. Le quartier qui se limite à une rue, ça déçoit un forcément un tout petit peu. Mais on imagine que ces immeubles glauques doivent être les logements d'italo-américains et donc on accepte l'appellation "quartier". On s'égare dans un magasin et une pâtisserie. Pas moyen de faire une pause pipi nulle part, relou. La nuit tombe bien, on décide de rentrer sur Manhattan. Je demande à un type dans la rue. Il hésite grave et d'une voix bien rauque me donne des directives. Un autre type intervient et nous indique le chemin opposé. Et merde. Ils parlementent. Le premier type confirme le second. Ouf. Bref on prend la direction indiquée, par super rassurés. Direction le métro. A perpète.

Pour rentrer on a flippé mère et père car le métro était extrêmement loin. On marche, on ose demander notre chemin, on marche: C'est le Bronx. Un grand Black, pantalon au ras des fesses, casquette et grosse doudoune MAIS conduisant une poussette nous aide à retrouver notre chemin. Inutile de dire qu'on est restés derrière lui le plus longtemps possible.

Lorsque notre escorte nous fait faux bond, il nous reste une rue à monter avant d'arriver au métro. Des looks de ouf, de la vrai kaillera. J'ai froid, j'ai peur. On retrouve la douceur du métro. On rentre.

G. : Cette rue avant le métro, c'était vraiment l'hallu'. Faut imaginer que je me suis dis, après avoir fini GTA I, II, III, VC et IV, que GTA c'est vraiment de la blagounette à côté. Que des groupes de ouf' en train de parler, négocier, dealer. Imaginez une bonne dizaine à gauche, à droite, devant, derrière. Et par le plus heureux des hasards, ces groupes se dispersent quasi en même temps. Vous vous retrouvez alors face à des hordes de types marchant bien nerveusement ci et là, et ce, dans votre direction. Là vous serrez les fesses. Et quand les marches du métro approchent, vous vous dites que c'est là que vous vous faites poignardé au dernier moment. Et bien que dalle. On monte, on s'assoit dans le métro. Et on se relaxe en pensant au bon diner qu'on va se faire, en amoureux aventuriers issus des quartiers pourtant chauds de Paris.

De cet fin d'aprèm dans le Bronx je n'aurais fait qu'une photo. Celle de l'entrée du zoo. Pour le reste je ne sortirai pas une seule fois mon appareil.

G. : Pareil, ma caméra est restée dans ma sacoche. Ca craint, et je m'en veux pour le montage. Je pensais avoir les balls. J'en ai vu d'autres. Tu parles ... !

On rentre. Crévés.. mais satisfaits!

mercredi 18 mars 2009

New York Day Three: Ou comment Brooklyn est devenu une bourgade tranquille.

Une journée très ensoleillée, une lumière magnifique idéale pour prendre quelques clichés.

Après un réveil très matinal on décide de profiter un peu de notre quartier. A 8hoo tout le monde est déjà debout à Chinatown. Les rues grouillent de monde, les étales des marchés proposent des produits que je n'ai jamais vus auparavant: des poissons tout bizarres, des fruits aux formes psychédéliques et des épices en veux-tu en voilà.

Tout cela dans une atmosphère très étrange pleine de méfiance et de suspicion. Les chinois sont loin d'être accueillants. C'est un fait. Dans les rues de Chinatown, on n'a pas peur pour sa survie (on est pas dans le Bronx) mais il y a un je ne sais quoi dans l'air qui fait que l'on a du mal à se sentir à l'aise. Les petites mémés qui remplissent leur caddie sont d'un sérieux assez déroutant et on a pas trop envie de se fritter avec elles.

Guillaume: Vraiment dépaysantes ces rues, pour peu que l'on s'y enfonce assez pour passer la frontière Little Italy / Chinatown et les avenues qui ne vendent qu'aux touristes des fausses Gucci. J'aime cette sensation que Vanessa et moi sommes parmi les seuls blancs à faire du slalom entre les porteurs de canards et les blanchisseurs qui semblent, pour certains, cacher quelque chose d'autre à blanchir. Les vitrines des restaurants commencent à être embuées des cuisines qui s'affairent déjà, en milieu de matinée. Ca aurait du nous couper l'appétit, mais l'appel du petit déjeuner est bien plus fort que le nem.

Mais tout cela ne m'empêche pas d'avoir envie de mes pancakes. Au coin d'une rue, une cafétéria qui ne paie pas de mine mais qui ravira nos estomacs. L'établissement est tenue par des chinoises et des latinos et c'est toujours assez comiques de voir ses deux communautés travailler ensemble.

Direction le pont de Brooklyn. A pied bien sûr. Inutile de vous dire qu'on s'est perdu, qu'on a fait une pause à un Dunkin' Donuts pour faire pipi et que j'ai fait une petite danse de la chapka sur un terrain de basket déserté.

G: Il est important de noter que nous avons pris l'habitude de nous perdre volontairement. Sans rire, lorsque l'on sait que le temps n'est pas compté, que notre destination est proche (pont de Brooklyn), il est plus agréable de bifurquer pour mieux découvrir de nouvelles aires. On s'est ainsi trouvé à marcher entre des immeubles bien glauques, dans un chemin entouré de grilles, qui donnaient sur le terrain de basket où Mlle nous a fait une petite danse, qui sera, je le promets, dans la vidéo que je vous prépare.

Malgré les touristes, la traversée du mythique pont de Brooklyn reste l'un des clichés que j'ai sans doute préféré.Les conditions météorologiques étaient optimales: du soleil et peu de vent ( parce qu'il faut le dire le côté windy de NYC, des fois t'en a plein la face ). On prend le temps de flâner, de régler les appareils photos, et d'admirer la Statue de la Liberté ( ridiculement petite encore une fois!).

G: Je sors mon reflex pour immortaliser en méga pixels ces structures impressionnantes: la batterie était restée dans le chargeur. CQFD: "et merde". Mais Vaness' nous sauve encore une fois la mise, et je sais que ma caméra a encore de l'autonomie électrique, et que de toute façon elle m'aurait tapé une crise de jalousie en m'éjectant la carte mémoire SDHC à la figure. Bref ...

Le pont est sur deux niveaux: en dessous pour les voitures, au dessus pour les piétons et les vélos. Ça permet aux piétons de ne pas se faire écraser pendant qu'ils prennent leurs photos (Ponte D.Luis à Porto si tu m'entends...) et d'éviter de respirer les pots d'échappement (pas bêtes les gringos).

Le plus impressionnant ce sont tous ces câblages....

Une fois arrivé à Brooklyn, tout est paisible, tranquille. Des entrepôts transformées en lofts au design ultra urbain tendance bobo, des galeries d'art et une promenade le long de l'eau. Tout cela sous l'omniprésence du pont.

Parfait. Des rues propres, un quartier remodelé avec goût, de la culture et pourtant... et pourtant il y a quelque chose d'étrange à se balader dans Dumbo. Il y a là aussi un petit côté Truman Show. Comme si tout était fait de carton pâte. D'ailleurs vous ne croiserez que très peu de monde et pour la plupart ce seront des touristes comme vous.

G.: Je me rappelais du Brooklyn avec des Bloods contre des Crips, des bagnoles remplis de gangs, de coups de feu dans la rue. Maintenant ce n'est pas Disney, cela reste authentique, mais c'est juste "secure". Et c'est tant mieux. Il y a d'autres coins pour se faire des shots d'adrénaline, on verra ça plus tard dans le Bronx.


La petite découverte, on la doit au Lonely Planet: la salle de boxe dans laquelle Jake LaMotta s'entraînait. On pensait se faire refouler et avoir l'air stupide en proposant un pourboire au vigile à l'entrée.On a toqué. Avec un grand sourire on a demandé si on pouvait rentrer pour prendre quelques clichés.

- "Where are you from?"

- Paris, France.

Pour réponse, un large sourire et un laisser passer. Des fois c'est aussi simple que ça.

G.: Par pudeur je n'ai que très peu filmé en ce lieu mythique qu'est le Gleason Gym, salle de boxe d'où viennent effectivement Muhammad Ali, Jake LaMotta et Sugar Ray, pour ne citer qu'eux.
Une salle à revoir dans Raging Bull de Martin Scorsese.

Après avoir suivi une promenade conseillée par le guide, on se perd un peu. Au début ce n'était pas intentionnel mais on va vite comprendre que notre flair légendaire ne nous fera pas défaut.

G.: Là c'est vrai, on s'est paumé, j'avoue, mais comme on dit ici, y pas de hasard.

Je repère Cranberry's, une épicerie avec des cupcakes si beaux que l'on croirait qu'ils sont juste là pour orner la devanture de l'épicerie.

G.: Et evidemment pas de WC à l'intérieur. J'ai bu environ 6 cafés small ( = 10 cafés large ici) et je commence à danser tout seul dans la rue. Damn! D'ailleurs ça tombe mieux, Vaness' hésite, on s'en va sans cupcake... enfin pour l'instant. Maligne !

On arrive près de la station Brooklyn Bridge et là commence mon étonnement. Tout est propre, ensoleillé, beau. Court Street, Montaigne Street, des petites rues où siègent des maisons dignes du Cosby Show.

On mange dans un bar irlandais où trône au balcon du premier les marionnettes des p'tits vieux du Muppet's Show.

Encore une fois tout est comme dans les films: Executive Men venant déjeuner au bar, discussion sur le dernier match.

G.: Terribles ces rues oui, c'est frais, y a du monde. Des étudiants, des familles, des vieux cinéma bien US. Ca donne faim tant de plénitude: je me cale un "saucisse/potatoes" qui me donne envie sur la carte, histoire de me dire que j'ai mangé normalement pour faire passer la Guiness. Je me retrouve avec 4 saucisses énormes, recouvertes de purée avec une sauce aux oignons. J'ai hésité à rajouter du ketchup pour faire genre "normal, j'ai commandé ça, ouais, so what?". Mon estomac a refusé le Heinz. Je mange. Je bois ma bière. Il me reste un oignon confit dans l'assiette, qui me regarde en ricanant. Je souris repus à Vanessa: Je remercie le Ciel d'avoir une copine parce qu'avec mon haleine je pense que je n'aurais rien pu approcher avant quelques heures. On ressort, je crois que je vais marcher un peu.

Pour la première fois (après être revenue exprès vers la station tout près des cupcakes) on prend le métro. Pas si facile de s'y repérer.

G.: Je ramène Vanessa vers les cupcakes. Sur le chemin, un type bourré nous sort "a latina with a white man, har har har."

Direction American Museum of Natural History. Évidemment après avoir vu Une nuit au Musée avec Ben Stiller nous avions envie de nous frotter un peu au T-Rex du hall du musée.

Bon à savoir - surtout si vous y allez pour le clin d'œil - tous les jours la dernière heure est gratuite.

Les new-yorkais on ici tout compris au sens du mot "ludique". Les scènes de la vie courante chez les sioux ou les hommes préhistoriques n'ont rien de ridicule. Bien sûr tout cela a un petit côté désuet mais rien à voir avec Le palais de la Découverte à Paris par exemple. C'est un vrai régal...

G.: Oui, même en une heure avant la fermeture, c'est chouette. Les gamins ont l'air heureux. Et me parle pas du musée de la découverte, où nous sommes retourné il y a quelques mois, et que c'était super glauque. Pour en revenir au sujet, ce musée est beau et bien fait, c'est un fait.